Les sites archéologiques et mégalithiques

Le village médiéval de Goënidou (Berrien)

Plan d'une maison
Plan d'une maison

Les vestiges de Goënidou sont les ruines d'un village déserté du Moyen-Age, probablement occupé du XIIIème au XVème siècle.

 

Les fouilles ont permis le dégagement d'un ensemble de 3 constructions groupées autour d'une cour avec une 4ème excentrée.

Vue des 3 constructions
Vue des 3 constructions

Ces bâtiments sont d'un type très courant en Europe Occidentale au Moyen-Age. La construction était très simple : murs en granit montés sans mortier et toiture probablement constituée de branches couvertes d'un mélange de genêts, ajoncs et fougères.

Plan du village de Goënidou
Plan du village de Goënidou

A l'époque, les paysans vivaient dans la partie "haute", avec foyer central. Les animaux, sous le même toit, occupaient la partie "basse".

Des récipients en poterie et des meules à grain découverts sont témoins de l'activité domestique et agricole du village.


Les renseignements ci-dessus ont été pris sur le panneau à l'entrée du site (fait par le Conseil Général du Finistère et le PNRA). Lorsque vous visiterez ce site, il vous sera demandé de suivre quelques règles : ne pas marcher sur les murets, ne pas déranger les pierres, etc ...


Le menhir de Kerampeulven (Berrien)

Ce menhir de plus de 6 m de haut date de 2000 avant JC. C'est un monument mégalithique en granit porphyroïde, c'est-à-dire contenant de très grands cristaux de feldspath. Il a un sens symbolique et, sa forme suggestive a fait émettre à son sujet une hypothèse phallique.

 

On lui attribuait ainsi des vertus particulières dans le domaine de la sexualité, ou plus précisément de la fécondité : en s'y frottant le ventre, les femmes stériles pouvaient espérer devenir fécondes.

 

Les nombreux vestiges archéologiques témoignent de la richesse historique de cette petite commune du Centre-Finistère. Ainsi, sur les 500 sépultures bretonnes datant de l'âge de bronze, 53 ont été retrouvées sur le territoire de Berrien : menhirs, dolmens et tumulus sont visibles aux quatre coins de la commune.


Le menhir de Ti ar Boudiged (Brennilis)

Sépulture en "V", dolmen mégalitique datant de 3000 ans avant JC, en partie enterré sous un tumulus et recouvert de 3 dalles de pierres. Les fouilles ont permis de trouver du mobilier, des fragments de vases, des silex taillés et une armature de flèche.

Les habitants l'appellent "Ti ar Boudiged" ou encore "La maison des lutins". La tradition veut que ceux-ci sortent de leur demeure à la nuit tombée et entraînent tous les voyageurs égarés au coeur des Monts d'Arrée dans une ronde infernale jusqu'à l'aube...


L'alignement des noces de pierre (Brasparts)

Dans les Monts d'Arrée, un alignement de menhirs est connu sous le nom de "Eured ven" ou "La Noce de Pierres".

Voici bien longtemps, une noce s'en allait chantant et dansant pour regagner quelque ferme isolée. Or voici qu'elle croise un prêtre portant les derniers sacrements à un mourrant. La noce en folie se moque du curé et refuse de le laisser passer. Alors, le Saint homme lève la main et d'un grand signe de croix, transforme les danseurs et les mariés en pierres pour l'éternité.


Le menhir de Kerelcun (La Feuillée)

De l'époque néolitique, il mesure 5 mètres de hauteur.


Le menhir de Rokinarc'h (Saint Rivoal)